Le Chat

Dès que j’écris
Tu es la
Toi le chat
Qui m’épie.

Tu t’approches doucement,
Tu te couches près de mon corps
Et tu me regardes en ronronnant,
Écrire encor et encor.

Tes yeux suivent ma plume
De ce regard que j’aime
Ton petit museau hume
L’odeur de ce papier crème

Tu es la toi
Quelque soit mon humeur
Que j’écrive la joie
Ou que je sois en pleurs

Pour toi j’écris ce poème
Toi mon chat que j’aime
Pour toi Madigan
Le gardien de mon âme

08/09/05

%d blogueurs aiment cette page :