Brise d’été

Nous étions là,
Assis tout en haut de la montagne,
Contemplant la ville,
L’esprit calme et tranquille.

Tes bras enveloppant tout mon être,
Ton souffle dans mon cou tel un baisé,
Faisait frémir tout mon être.

Dans le vert de tes yeux,
Se reflétait le couché du soleil.
Dans l’eau les bateaux en sommeil,
Devinrent comme des étoiles dans les cieux.

Le doux bruit d’une brise d’été,
Nous murmurait des mots d’amour,
Nous étions bien,
Nous ne faisions qu’un,
Perdu dans un rêve,
Juché sur une montagne


Nanie © 07 Aout 2005